Mar-dites-moi, Louise de Vilmorin

Grand jour que ce mardi 21 avril qui voit une grande dame de lettres, épistolière prolixe et de génie, rejoindre la rubrique éponyme .

J’ai nommé Louise de Vilmorin (1902-1969)

La lecture de sa biographie établie par Jean Bothorel nous a véritablement subjuguée  – et épuisé une large provision de Post-it .

Elle sera la vedette des cours de la rentrée et l’invitée fréquente, fantaisiste, et pétillante de notre rubrique du mardi

Pour l’heure, savourons cet extrait de lettre, écrite à son amie, Diana Cooper,  au milieu des années cinquante et savourons avec elle, les effets de la gloire sur une confiance en soi souvent malmenée:

 « Le musée Grévin, le prix de Monaco, la légion d’Honneur, des hochets me dit- on. À toi qui sais combien j’ai du mal à croire à l’importance de ce que je crée, je peux dire que ces hochets m’ont redonné la confiance que j’avais perdue et le courage que je n’avais plus. »

Cité par

Louise ou la vie de Louise de Vilmorin  Jean Bothorel,  biographie, Ed. Grasset,  320 pp, 1993

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *