Liv Maria

Je le proclame  haut et fort: Julia Kerninon est une écrivain majeure de la littérature contemporaine

Son souffle d’écriture, révélé déjà par Le dernier amour d’Attila Kiss (Ed Rouergue, 2016 – voir chronique sur le site) s’affirme et se confirme en ce  cinquième roman.

Et le lecteur de goûter pleinement l’évasion qui lui est offerte, envoûté d’une atmosphère singulière et bienfaisante à la fois.

Mais encore

Après une enfance insulaire, passablement  solitaire,  Liv Maria Christensen débarque à Berlin – celui des années quatre-vingts – et vit une passion amoureuse avec Fergus,  un quadragénaire irlandais.

Une passion sans lendemain

Ou presque.

« Voilà ce qui s’était passé. Elle avait couché avec lui. Juin, juillet, août 87. Elle avait couché avec lui tout l’été. Elle l’avait aimé. Elle ne savait pas  encore  que d’avoir fait ça la priverait un jour de sa famille du père de ses enfants, de sa paix intérieure.  Elle e avait dix-sept ans. Elle croyait qu’elle n’avait  rien  à perdre. Quand septembre était arrivé, elle avait regardé sans y croire son amant faire ses bagages, et ils avaient pleuré tous les deux assis sur son lit.  Dans  la rue, ils s’étaient étreints passionnément en attendant son taxi, pour la première et la seule fois absolument indifférents aux regards des passants. « 

La malédiction – drame cornélien dans toute son ampleur – est ainsi engagée qui frappera la vie entière de Liv Maria, aventurière dans un premier temps,  casanière lorsqu’ elle se marie,  conçoit  des enfants. ouvre une librairie…

On n’échappe pas à son destin même s’il est, pour une part,  le fruit d’une trahison.

Une lecture impérative.

Apolline Elter

Liv Maria, Julia Kerninon, roman, Ed L’Iconoclaste, août 2020, 320 pp

 

Billet de faveur

AE : Le nœud du drame que vit Liv Maria est son mensonge, par omission, à Flynn son mari. Et à toute sa famille.  Agissant ainsi, elle plaide coupable d’une situation dont elle fut plutôt l’innocente victime. Elle a été trahie..

Julia Kerninon : Nous ne pouvons pas savoir, au moment où nous vivons, lesquelles de nos actions nous pourrons désirer dissimuler dans le futur. Liv Maria a fait quelque chose de discutable, lorsqu’elle était très jeune, mais ce sont les circonstances imprévisibles de sa vie ensuite qui en font un péché complexe, que le silence désorienté de Liv Maria ne fait qu’augmenter. Cela soulève la question du jugement moral, du jugement sur soi, de la force ravageuse du silence, mais aussi et surtout du poids que pèsent nos vies passées dans notre vie actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *