Marguerite Yourcenar – Portrait intime

Préfacé par Amélie Nothomb, fervente admiratrice de Marguerite Yourcenar (1903-1987) ce magnifique portrait tient sa promesse, celle d’un accès intérieur, incarné, diantrement engageant,   à la vie de la célèbre écrivain.

C’est un exploit car le discours sur cette dernière est hautement intellectualisé,  entouré de mystères, auréolé  de mythes; la passion que lui voue Achmy Halley, spécialiste de Marguerite Yourcenar, ancien directeur de la villa de Saint-Jans-Cappel et conseiller littéraire de son musée nous en offre  une approche assez inédite,  à la fois thématique et chronologique,   truffée d’anecdotes et de très belles photos.

Née à Bruxelles et sitôt orpheline de sa mère  – Fernande de Cartier de Marchienne – l’enfant est élevée à Lille et Saint-Jans-Cappel par son père Miche Cleenewerck de Crayencour. Elle ne fréquente pas l’école, instruite par ce dernier et les nombreux voyages qu’ils effectuent ensemble.  Le duo est fusionnel, qui  laisse éclore la grande intelligence de Marguerite, sa curiosité intellectuelle et son accès à l’écriture.

Amour de la nature, des animaux, rencontres, liaisons amoureuses, vie conjugale avec l’Américaine Grace Frick en l’avenant cottage de Petite Plaisance ( Maine), et la fidélité qu’elle lui voue durant toute sa maladie,  avènement de son oeuvre, pratique de la correspondance mais aussi – et l’angle me paraît assez inédit – de la cuisine, .. sont tant d’angles de connaissance  thématiques, rondement profilés  sous la plume alerte et vivante de l’essayiste.

« Végétarienne à 95 % »,  Marguerite Yourcenar est  la « reine de l’omelette ». Elle aime cuisiner,   fait son pain elle-même et compare volontiers l’acte d’en pétrir la pâte à celui de l’écriture.

Soutenue par la célèbre maison Meert (Lille) , la dernière partie de l’ouvrage propose un carnet de recettes directement inspirées des spécialités pâtissières de Marguerite et de Grace

Nous nous promettons de taster sous peu leurs « muffins américains aux myrtilles »

Un ouvrage dont je vous recommande la lecture

Apolline Elter

Marguerite Yourcenar, portrait intime, Achmy Halley, biographie/beau livre , Ed Flammarion, octobre 2018, 208 pp

Billet de faveur:  Prolongation de lecture: 

AE :  Votre passion pour l’écrivain est née de l’émission que lui consacre Bernard Pivot, à Petite Plaisance, peu de temps avant sa réception à l’Académie. Vous vous êtes vous-même rendu sur les lieux,  quelque vingt ans plus tard et nous en ramenez une visite guidée illustrée de photos. Ce séjour  fut, j’imagine, fondamental pour rencontrer l’écrivain « au quotidien » :

Achmy Halley : Depuis juin 1997, date de ma première visite de Petite Plaisance, j’ai effectué une dizaine de séjours sur l’île des Monts Déserts. À plusieurs reprises, j’ai eu le privilège de loger dans une des chambres d’amis de la maison de Marguerite Yourcenar, de prendre mes repas dans sa cuisine, d’utiliser sa salle de bain, de lire sur un banc du jardin, de feuilleter les livres de sa bibliothèque et de travailler à son bureau… Cela m’a permis de me plonger dans sa vie quotidienne, de l’imaginer dans son intimité avec sa compagne, Grace Frick, de m’imprégner de cette atmosphère très particulière que j’ai tenté de restituer dans mon livre tant j’ai compris en mettant mes pas dans ceux de Yourcenar que son home sweet home américain était un élément essentiel pour comprendre la femme derrière le grand écrivain.

AE : végétarienne, écologiste, ennemie de la sur-consommation,  Marguerite Yourcenar a un discours éminemment actuel.  Est-il (re)connu ? D’aucuns s’en revendiquent-ils ?   Frédéric Lenoir lui rend hommage dans sa Lettre ouverte aux animaux (et à ceux qui les aiment) Ed. Fayard, 2017 :

Achmy Halley : Les engagements pionniers de Marguerite Yourcenar dans les domaines de l’écologie, du végétarisme, du bien-être animal et de la décroissance sont encore assez peu connus du grand public. C’est pour cette raison que j’ai souhaité mettre en avant dans mon portrait intime, cet aspect très actuel de sa personnalité.  Parmi les personnalités publiques, Brigitte Bardot est sans nul doute celle qui se réclame régulièrement, dans ses livres et ses entretiens, des « leçons » de sagesse de l’écrivaine, en particulier en ce qui concerne l’écologie et la protection des animaux, combat qui a rapproché les deux femmes devenues amies suite à leur rencontre en 1980.      

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *