Mademoiselle Coco et l’eau de l’amour

Quand Gabrielle-  as Coco Chanel – apprend, en ce Noël 1919, le décès accidentel de son amant, Arthur as Boy Capel , elle sombre dans un désespoir abyssal.

Aidée de son amie Misia Sert, elle reprend lentement goût à la vie, passionnée, obsédée par la recherche d’une fragrance – « le bouquet de Catherine » qu’elle a humée sur le mouchoir de Serge Diaghilev.

Elle contacte François Coty, rencontre Ernest Beaux, concepteur du parfum et crée avec lui  le mythique  » Chanel n°5″ , lancé le 5 mai 1921…. avec le succès qu’on lui connaît

Conquise elle aussi par le parfum et la vie de Coco Chanel,  la romancière accepte avec joie la commande d’un ouvrage, célébrant, de concert, le centenaire de lancement du parfum et le cinquantenaire du décès de la grande couturière, le 10 janvier 1971.

Elle tente de cerner la vérité, d’éviter les écueils et légendes savamment entretenus pas Coco Chanel

Nous fait vivre les passions successives qui unissent Coco à Igor Stravinsky et ensuite au grand-duc Dimitri Pavlovitch Romanov.

Dévoile une générosité financière qui se déploiera auprès de nombreux bénéficiaires, dont Igor Stravinsky, accueilli avec toute sa famille en la propriété Bel Respiro, acquise par Coco à Garches. Cette dernière poursuit son aide financière à l’égard d’Igor, au-delà de la rupture de leur liaison

Une lecture grand public qui dévoile quelque peu le mystère de cette grande dame, ses fragilités et côtés diantrement attachants

A Elter

Mademoiselle Coco et l’eau de l’amour,  Michelle Marly, roman traduit de l’allemand par Dominique Autrand, Fleuve éditions, janvier 2021 , 400p

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *