Mar-DITES-moi L. de V.

Il est des façons subtiles de rappeler à vos amis (amants) la proche date de votre anniversaire.

Telle cette courte missive envoyée par Louise de Vilmorin à son amant Duff Cooper, la veille du 4 avril 1945

 

                                                                          Verrières

                                                                       3 avril 1945

            Je veux seulement te souhaiter ma fête.

            Je n’aime cette veille d’anniversaire que par la pensée de t’embrasser demain.

            Duff je t’aimerai toujours[1].

         S : Louise de Vilmorin – Duff et Diana Cooper – Correspondance à trois (1944-1953), édition établie, annotée et commentée par Olivier Muth,  Ed. Gallimard – Le Promeneur , février 2008, 686 pp  [C3]

                                                                                  L.

[1] 1. Les mots de cette phrase sont dans les feuilles d’un trèfle manuscrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *