L’ïle haute

 « Un jour sûrement, d’autres montagnes altéreront cette expérience originelle, plus pathétiques, plus conformes aux récits des grands alpinistes; mais aucun ne pourra effacer l’image première,, si nette, de ce jour de janvier, elle a la force des initiations. Cette  vue-là des aiguilles Rouges se fixe en lui maintenant et pour toujours, sédimente, et chaque nouveau regard l’enfoncera plus loin dans sa rétine.  Pour Vincent désormais, cette montagne est la montagne, les suivantes n’en seront que des variations. »

Le jeune Vadim, bientôt prénommé Vincent,  doit un double salut à la montagne.

Envoyé en la Vallée des Ours ( Haute-Savoie) en cet hiver du mitan de la guerre, le garçon de 12 ans doit tant soigner son asthme que sauver sa vie de la persécution nazie.

La découverte de la montagne, des aiguilles Rouges en particulier, est à couper le souffle – si l’on peut dire – et cette révélation restera ancrée à vie, en lui,

Roman d’initiation, de passage, d’altitude et d’amplitude, L’Ile haute offre un vrai souffle – encore ..- de bienfaisance

La bienveillance de sa famille d’accueil, la richesse chromatique des sensations,des émotions vécues, si bien  traduites par la plume de Valentine Goby… en rendent la lecture sobrement envoûtante

Je vous la recommande

Elle se double d’une puissante ode à la montagne

Apolline Elter

L’ïle haute,  Valentine Goby, roman, Ed. Actes Sud, août 2022, 288 pp

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *