La Belgique de Baudelaire: le Pays des maux sans fleurs

Le spectacle inaugural du Festival de la correspondance de Grignan, mardi 3 juillet dernier,  donnait libre cours,  involontaire, irrésistible humour,  à l’aversion de  Charles Baudelaire (1821-1867)  pour la Belgique.

Rappelons que le poète débarque à Bruxelles, le 24 avril 1864, sûr de trouver, en notre pays, terre d’élection et  de gloire pour ses écrits, articles et conférences.

Il entend réintégrer la  France,  la tête haute, les finances restaurées – ce ne sera pas le cas – se prend d’antipathie, de fiel, pour notre pays.

Réunis de façon tonique et éclairée  par Virginie BERLING, mis en voix par Didier BRICE,  les écrits et  extraits de lettres  de Baudelaire  à sa mère  (1864-1866) bénéficièrent de l’interprétation sobre, subtile, truculente d’Alex VIZOREK.  Julia de GASQUET, Directrice artistique du Festival, en relaya quelques passages, incarnant une Caroline Aupick,  maternelle, tendre et gracieuse,  et offrant de la sorte une aération bénéfique aux débordements violents,  par trop suspects, de son poète de fils.

Un spectacle haut en couleurs, une  mise en scène magique, idoine qui seront reconduits, pour notre liesse,  en février 2019,  lors de la prochaine édition de la Foire du Livre de Bruxelles.

Nous y serons.

Apolline Elter

© photo Louis Jadoul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *