Vade retro Félicien !

« Eloi Taminiaux avait réalisé une petite merveille, transformant la cave de son bureau en un atelier d’artiste »

Spécialiste, passionné de l’oeuvre de Félicien Rops (1933-1898) – artiste protéiforme, et …génie épistolaire cher à votre site préféré –  Eloi Taminiaux  est retrouvé assassiné, par « une venteuse soirée de janvier « 

Transpercé par une épée,  cadavre organisé en une mise en scène ropsienne du plus macabre effet ….

C’était pourtant un vieil et  amène professeur d’histoire.. sans histoires , tout tendu de réaliser la biographie de son idole

Il venait de faire main basse sur sur un document extraordinaire : l’ébauche d’un roman d’autant plus inédit de Rops que ce dernier n’en avait publié aucun… et avait contacté  le bouquiniste Stanislas Barbérian, spécialiste de l’artiste aux fins de l’authentifier.

Las, Eloi ne se présente pas au rendez-vous .. et pour cause.

Stanislas se prête illico et avec une efficacité redoutable à l’enquête menée par la police judiciaire

Alerte, bien ficelé et pétri d’une solide connaissance de l’ami Fély, ce polar en tous points sympathique, invite de surcroît le lecteur à une pittoresque balade à travers Namur

A déguster sans modération

Apolline Elter

Vade retro Félicien ! ,  Francis Groff, polar, Ed. Weyrich – coll. noir corbeau, nov. 2019, 208 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *