Un problème avec la beauté

Rouges, les fauteuils du Régina, le cinéma que dirigeait son père à Bourg-la-Reine. Blanche, la chevelure de sa nourrice à Fresnes. Entre le rouge et le blanc, le rose des joues de sa mère. Assis sur ses genoux, il défendait sa place à coups de trousseau de clefs. Il la perdrait vite, au divorce de ses parents. Édith s’était remariée avec le charcutier de la Grand-rue, n’avait plus trouvé le temps de  veiller sur lui, l’avait placé chez la nourrice aux cheveux blancs, une famille d’accueil à quatre kilomètres de Bourg-la-Reine, mais pour le môme de 4 ans, Fresnes, c’était loin : là où sa mère n’était pas.

Ains’Incipit le ubtil portrait, tout en contrastes – c’est forcé – que Jean-Marc Parisis consacre au bel et …rebelle  Alain Delon

Il paraît ce jour

Cette beauté excessive, injurieuse, dont on l’accusait, lui seul savait qu’elle recouvrait les « stigmates » d’un parcours du combattant entamé à Bourg-la-Reine.

Proclamé  » Bardot au masculin » , le jeune acteur entame tôt sa quête de multiples vies et les conquêtes féminines assorties: Romy Schneider, Nathalie Sand, – la maman d’Anthony, avec laquelle il se marie – Mireille Darc, sa vraie, généreuse amie, ..

Orgueilleux, écorché vif – qui écorche, vif,  ses proches, les protège  aussi – Alain Delon perce les écrans de son regard d’acier, de rôles mythiques, telle son incarnation du Samouraï.

Il côtoie les plus grands acteurs, producteurs, Ventura, Bourvil, Gabin –  pour qui il nourrit une vraie affection –  Belmondo, son rival,  Visconti, Clément, Melville, Allégret, Losey … se forgeant le destin d’acteur absolu, père de  » sa propre adversité »  et d’un goût trop absent du bonheur…

Nourri de ses  biographie, filmographie et nombreux témoignages écrits, le portrait d’Alain Delon est saisi ,  de touches vives,  contrastées, en ses silences éloquents, revirements,  insaisissables paradoxes.

Dont le premier est la gestion de la beauté:

 » C’était d’autant plus déroutant qu’on demande toujours davantage aux personnes d’un charme physique extraordinaire, on cherche inlassablement, naïvement, à faire parler la beauté, à lui faire exprimer son sens, son action, ses secrets.. »

Un brillant exploit

Apolline Elter

Un problème avec la beauté, Jean-Marc Parisis, récit littéraire, Ed Fayard, août 2018, 276 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *