Rien n’est noir

Alors elle commande à son père des pinceaux,des couleurs, un chevalet et de la toile.
Et, d’un coup, elle se met à peindre la réalité.

Fascinée depuis de longues années par l’artiste mexicaine Frida Kahlo (1907-1954) , Claire Berest nous plonge dans l’intimité du couple haut en couleurs qu’elle forme avec  le peintre muraliste Diego Rivera, qu’elle épouse par deux fois.

Le destin de Frida procède de « l’Accident « ;

L’étudiante  de 18 ans est dans un bus en compagnie d’Alejandro, son fiancé, son novio , ce 17 septembre 1925.

La collision avec un tramway transperce grièvement  le corps de la jeune fille , lui vaut un séjour d’un mois à l’hôpital,  le port de corsets-sarcophages et l’empêchera de mener ses grossesses à terme

Abandonnée par son novio  , Frida a  également changé de projet de vie: elle s’adonne furieusement à la peinture et se prend d’une passion tout aussi enragée pour le célèbre muraliste, de 21 ans son aîné

Frida et Diego se marient , une première fois,  le 21 août 1929

Centré sur une  dizaine d’années de la vie du  couple, ses séjours à San Francisco, Coyoacán, New York, … le récit s’incarne, de l’intérieur, dans le corps malmené de Frida.

Chaque chapitre est éclairé du prisme d’une couleur , bleu, rouge, jaune, noir et gris et des multiples nuances de celles-ci .

Un remarquable exercice d’intropection

Une lecture recommandée

Apolline Elter

Rien n’est noir, Claire Berest, roman, Ed. Stock  août 2019, 288 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *