Le tailleur de Relizane

 » La peur est entrée dans la vie de mes grands-parents, Viviane et Marcel Elkaim, cette nuit d’octobre 1958. Cela faisait pourtant quatre ans que les « événements » avaient commencé. »

Et c’est ainsi qu’en juillet 1962, quatre ans après sa brutale arrestation nocturne,  Marcel, tailleur juif de Relizane quitte l’Algérie et s’installe en France, avec son épouse Viviane et leurs deux fils,  Pierre et  Jean

Pour Olivia, fille de Pierre, l’Algérie ne représente longtemps qu’ « un folklore à leur table » 

L’Algérie était loin et je n’y étais même pas née.

Mais  les racines fondent l’identité et jaillissent en geyser à un moment névralgique de la vie

Quand j’ai divorcé du père de mes enfants, tout est revenu dans un ressac, ce que je m’efforçais d’ignorer, leur malheur, leurs errances. Pour paraphraser Lacan, ça s’est mis à parler là où ça souffrait.

Et la journaliste d’explorer la valise Samsonite  à roulettes amenée par son père au premier signal, et de parcourir, à travers archives et documents, la vie de ses grands-parents, l’enfance de son père , de son oncle,  de Relizane à Neuilly-sur-Marne, en passant par Angers

D’analyser  la complexité du statut de juif dans cette Algérie en marche vers son indépendance et   de pied-noir, en cette France, qui rapatrie les siens de façon massive.

De sonder sa propre identité avant que de laisser reposer en paix « Viviane et Marcel, mes héros intimes, victimes d’une histoire trop grande pour eux. »

Un récit qui conjugue au présent l’intégration apaisée tant du passé que d’un proche avenir

Apolline Elter

Le tailleur de Relizane, Olivia Elkaim, récit, Ed. Stock 2020, 352 pp

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *