Mar-dites- nous Louisette: Du plaisir d’ouvrir une lettre

Dans une lettre charmante adressée à Jean Cocteau,  son « frère » de coeur, Louise de Vilmorin  décrit le plaisir gourmand qu’elle éprouve à la perspective d’ouvrir la lettre que ce dernier lui a envoyée..

7 décembre 1935.

Mon  Jean.

Ta lettre vient d’arriver. Je rentrais au moment même où  le facteur allait la donner à la concierge, mais il n’a pas eu le temps de le faire: j’étais là et il me l’a remise directement. Tu sais comment, quand on est sûr d’un bonheur, on  le retarde pour lui faire honneur et pour l’en embellir en  pâlissant ? Eh bien! j’ai attendu non seulement d’être montée  à l’appartement d’André où j’habite, mais encore j’ai été me laver les mains devant ta lettre posée en équilibre sur le bouchon du flacon de brillantine, puis j’ai été m’asseoir à ma table, puis je me suis relevée pour tirer les rideaux et enfin j’ai ouvert ta lettre et je l’ai lue mot à mot. (…)

Louise de Vilmorin – Jean Cocteau – Correspondance croisée, Edition établie, annotée et commentée par Olivier Muth, Ed. Gallimard, 2003,  226 pp

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *