La mélancolie du maknine

Partout dans le bassin méditerranéen le chardonneret déploie ses ailes. Mais ici, plus que nulle part ailleurs, il est chéri, adulé: les Algériens 1’appellent le maknine. J’ai décidé de me lancer dans une enquête sur cet oiseau fascinant. Tour à tour enjôleur, enchanteur, mélancolique, son chant invite nos interlocuteurs à la confidence. Les langues se délient et la parole se libère.

Si le récit revêt parfois  le tour d’un documentaire – et pour cause, Seham Boutata a produits deux reportages télévisuels sur le chardonneret- il est surtout fabuleux prétexte à  pénétrer l’âme algérienne, celle des racines paternelles de l’auteur.

Oiseau gracieux, magnifique, coloré, le « maknine » possède une mémoire et  un registre vocal  très étendus.   

Et partant,  un talent d’imitateur hors pair.

Ses capture et possession sont interdites en France depuis 1979;  pour les Algériens et membres de la confrérie majoritairement masculine du chardonneret , ce dernier cristallise cette liberté d’expression rendue possible  par le seul  biais de la musique.

A son évocation les yeux brillent,  les langues se délient  comme le démontre finement la journaliste au long d’un récit captivant

Et de nous encourager à écouter le tub que constitue Ya Maknine Ezzine (ô joli chardonneret) interprété par Mohamed El Badji 

Une lecture recommandée

Apolline Elter 

La mélancolie du maknine, Seham Boutata, récit, Ed. Seuil, mars 2020, 198 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *