Mar-dites-moi René, pourriez-vous être plus ….clair?

Grand et tendre ami de Louise de Vilmorin,  René Clair lui écrit ses impressions de lecture, à la parution de son roman  Migraine  ( Ed. Gallimard, juin 1959)

On s’accrodera à penser que c’est joliment tourné…:

    22 juillet 59.

                Ma Louise,

                Je voudrais t’écrire longuement de Migraine. Je n’ai pas le temps. Et puis, entre nous, c’est difficile. Il me faudrait ton style. Tout ce que je pourrais faire de mieux, ce serait de te citer. J’avais emporté ton livre en voyage. Certaines  phrases,  après les avoir lues, je me les suis récitées,  comme on reprend  une goutte d’un vin délicat, non pas pour- boire mais pour en faire épanouir le bouquet. Et mes  compagnons de train devaient  se demander pourquoi j’avais l’air ravi. C’est que j’étais  entré dans ton monde, c’est-à-dire dans ce jardin  surréel où les fleurs naissent et s’évanouissent à ton gré, où  les plantes ont des racines qui vont très loin dans le passé de notre tradition poétique.

                Comme les yeux de ton héroïne, tu plais aux blonds par ta pénombre et aux  bruns par ta clarté. Je me sens tour à tour, en te lisant,  brun et blond.

                 Je t’embrasse 

                                                                                                                                                             René.  (…) 

 

– Louise de Vilmorin – Correspondance avec ses amis, Edition établie, annotée et commentée par Olivier Muth,  Ed. Gallimard- Le Promeneur,  avril 2004, 548 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *