Mar-dites-moi, Marie de Sévigné

 » La vie est trop courte pour se tuer; ce n’est pas la peine de s’impatienter »

Merci, merci belle Marquise, qui dispensez ce conseil pétri de bon  sens..

On se prend à penser que vous affronteriez la crise sanitaire que nous vivons avec une même intelligence

Et de s’en prendre à votre fille,  Françoise,  confinée à Grignan

Mais vous ne vous portez point bien( …..) Le chocolat vous remettra. (…)  voilà de quoi je le trouve plaisant, c’est qu’il agit selon l’intention.

De lui proposer quelque panacée: Comme cette eau de la Reine de Hongrie, parée de toutes les vertus thérapeutiques et…autres

« Ne vous ont-elles pas remerciée de votre eau de la reine de Hongrie ? Elle est divine, je vous en remercie encore. Je m’en enivre tous les jours. J’en ai dans ma poche. C’est une folie comme du tabac ; quand on y est accoutumée, on ne peut plus s’en passer. Je la trouve bonne contre la tristesse. J’en mets le soir, plus pour me réjouir que pour le serein , dont mes bois me garantissent. »

Ca ne coûte rien d’essayer … je puis même vous en fournir la recette, droit inspirée d’Isabel, Reine de Hongrie

Votre épistolière

A Elter 

Les extraits cités proviennent de l’édition  de la Correspondance de la Marquise, texte établi,  présenté et annoté  par Roger et Jacqueline Duchêne,   (Ed. Gallimard)- La Pléiade)  – 3 volumes  (1973- 197!) 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *