Mar-dites-moi, Honoré

Ene cette année qui fête le 220 e anniversaire de la naissance  d’Honoré de Balzac – né le 20 mai 1799 –  penchons-nous sur quelques missives de l’illustre écrivain  à Madame Hanska , sa comtesse russe , l’Amour de sa vie, comme il l’affirmera en l’épousant, le 14 mars 1850, 5 mois avant son décès.

Les amants parlent d’amour bien évidemment, de santé et de travail assurément

Dans une missive datée du 5 février 1844,  Honoré fait part à Eva de ses grands desseins:

(…)

En somme, voici le jeu que je joue: quatre hommes auront eu, en ce demi-siècle, une influence immense : Napoléon, Cuvier, . O’Connell; je voudrais être le quatrième. Le premier a vécu du sang de l’Europe, il s’est inoculé des armées; le second a épousé le globe; le troisième s’est incarné un peuple; moi, j’aurai porté une société tout  entière dans ma tête. Autant vivre ainsi, que de dire tous les  soirs : « Pique !  atout !  cœur! … » ou  chercher pourquoi madame une telle a rait telle ou telle chose? Mais il y aura eu en moi un être bien plus grand que l’écrivain et plus heureux que lui, c’est votre esclave.

Mon sentiment est plus beau, plus grand, plus complet que toutes les satisfactions de la vanité ou’ de la gloire, Sans cette plénitude du’ cœur, je n’aurais pas accompli la dixième partie de mon œuvre, je n’aurais pas eu ce courage féroce t Dites-vous cela souvent dans vos moments de mélancolie, et vous devinerez par l’effet-travail, la grandeur de la cause ! (…) « 

Quand on vous dit que l’Amour donne des ailes

S:   Correspondance de H. de Balzac   II 1819-1850, Honoré de Balzac  – Paris Calmann Lévy  1876

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *