Félicien Rops: de Grignan à Namur

Namur célébrait, hier, vendredi 10 mai, le retour de Rops en ses murs…

Et la reprise – par trois fois au cours de la journée, à la Maison de la Poésie – du spectacle créé, le 4 juillet 2018, au Festival de la correspondance de Grignan,   Félicien Rops dans tous ses états  (  Grain de voix: Philippe Muller et Vincent Vermillat)

Voici le lien vers le compte rendu de la première représentation : https://www.lepavillondelalitterature.com/lepistoliere/corropspondance/felicien-rops-dans-tous-ses-etats

Incarné plus vrai, dense  que nature par Vincent Vermillat (photo) , Félicien Rops, resté un « Belge indécrottable »  confiait à ses amis, correspondants, sa vision de la vie,  ses amusements, ses désabusements,

Savourons cet extrait d’une lettre adressée à son ami Léon Dommartin  ( juillet 1871)

« Depuis que je suis au monde ces chers compatriotes m’ont en exécration. J’ai toujours eu l’air d’un moineau franc né dans un nid de hiboux. Ma gaieté les blesse, je mets les pieds dans tous les plats & sur tous les plats ; – je casse toutes les vitres à ma portée. – Aussi depuis la rue de fer jusqu’à la porte de Gravière je fais naître sur mes pas légers le fiel & l’amertume ; mon laisser aller d’être insouciant & Sans ambition les scandalise. Cette façon allègre de se ficher des heures lourdes que la Providence nous prête avec tant d’escompte leur paraît une injure à la gravité humaine. Quand je passe le Notaire se sent plus lourd, l’avoué plus crasseux, le banquier plus voleur, l’avocat plus sot, l’épicier me suit d’un regard haineux, le major oublie sa gravité & les grandes demoiselles qui remonte la rue de Bruxelles à la queue leu leu se raidissent dans leurs immuables corsets comme si je voulais les déshabiller devant leur papa ! Je sème l’antipathie comme le petit Poucet semait des pierres.

Et cela me met en bonne gaieté ! »    Source Site www.ropslettres.be 

Valeur ajoutée du spectacle de Namur: le relai par écran des lettres de l’ami Fély

Une lecture-spectacle de toute haute volée

Apolline Elter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *