Rue du Triomphe

 » Le combat pour vivre ma vie allait commencer » 

Après une carrière de monteur cinématographique, Dov Hoenig, publie son premier roman, à l’âge de 86 ans

Il le publie en français; sa plume est exquise. Elle est largement trempée dans son propre parcours de vie

Le roman, initiatique,  relate l’enfance, avant-guerre,  d’un jeune juif romain,  prénommé Bernard.

Il vit alors rue du Triomphe, à Bucarest,  et se souvient des échanges toniques qui animaient la cour de son immeuble, majoritairement occupé par des familles juives.

Relativement et paradoxalement  épargnée, durant la guerre, de  la répression nazie,  grâce au  maréchal Antonescu, allié d’Hitler, lequel  ne voulait pas le fâcher,  la population juive n’en subit tout de même pas moins les méfaits d’un antisémitisme ambiant.

Pauvreté, pauvreté, pauvre pauvreté! Qui aurait pensé qu’après la guerre la vie serait plus difficile  pour  notre famille que pendant la guerre? Par le passé, , nous n’avions jamais manqué de nourriture ni souffert du froid en hiver. Et voilà que la paix si attendue arrivée, le nazisme défait, une Roumanie nouvelle  naissante, nous basculions, nous, dans la misère la plus noire! Et sans que personne dans la  cour  ne s’en rende compte … »

Fin 1947, Bernard décide de participer à  l’aventure des kibboutz et d’assister à la naissance de l’Etat d’Israël.

Le roman éclaire avec brio une tranche complexe de l’Histoire de l’immédiate après-guerre.

Apolline Elter

Rue du Triomphe, Dov Hoenig, roman, Ed. Robert Laffont, août 2018, 342 pp

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *