Il y aura beaucoup à dire sur la rentrée littéraire

Ce premier  » High Tea  » dominical de la rentrée signe le lancement de celle -ci sur votre site préféré et la reprise des comptes rendus de lecture.

Infusons cette extrait de La télégraphiste de Chopin, un roman d’Eric Faye, paru ce 14 août aux éditions du Seuil

Vous en aurez chroinque sous peu

« Il Y aurait beaucoup à dire sur les rapports qu’entretiennent la presse et les services secrets d’un pays à régime fort, qui considère les journalistes comme des supplétifs, voués à rendre des services, lesquels, le cas échéant, pourront être payés de retour. Il y aurait beaucoup à dire également sur les périodes intermédiaires, les interrègnes, lorsqu’un régime fort cède la place à une démocratie en gésine, comme dans le cas présent. Les nouvelles règles n’ont pas encore été clarifiées ou ne sont appliquées qu’au compte-gouttes, avec l’esprit de la période passée, et, dans cette manière de glissement tectonique entre deux civilisations, bien des choses restent permises qui ne devraient plus l’être.. »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *