Journal d’un confinement et ses aménagements

La Reine Mathilde (de Belgique) suggère aux ados de tenir un journal de leur confinement.

Soyez remerciée, Majesté, l’idée mérite plein développement

Alors pour vous, chers visiteurs,  je vais tenter quelque bilan 

D’un certain ermitage et ses aménagements

 On ne se le cache pas, la situation que nous vivons – puissiez-vous conserver la santé –   présente un lot majeur d’inconvénients 

Je vous  en épargne la liste, elle est abyssale et je suis assez  sujette aux vertiges

A la claustrophobie aussi

Notamment

N’empêche que pour vous, à votre intention exclusive, je vais dresser la liste des quelques  rares et donc précieux avantages de la situation

Elle s’ajoute aux bons plans que vous découvrez régulièrement sur votre site préféré 

Et certes  à eux que vous voudrez bien me communiquer 

C’est parti.

  • Vous connaissez mieux que jamais les amis chers à votre coeur et les confortez dans ce statut  : ils vous ont contacté(e) depuis le début de la crise ou ne vont pas tarder à le faire.
  • Encore mieux: ils sont venus à vous avec une proposition concrète et solidaire –  on les embrasse et on les aiiiiiiiiime 
  • Après trois décennies de mise en commun du dentifrice conjugal, vous pouvez enfin opter pour « chacun le sien »
  • La maison est pimpante, les vitres aussi – et si ce n’est pas le cas, rassurez-vous, personne ne le saura
  • Vous testez, sur une famile confinée , de nouvelles recettes de cuisine. Elle vous en sait gré- C’est une des manifestations du syndrome dit de Stockholm 
  • Il n’est pas exclu que votre progéniture classe, dans quelques décennies, cette période de confinement, comme un moment heureux et  marquant de la vie familiale.
  • On les aime nos enfants…  (pas impossible qu’ils soient vraiment  sympas) 
  • Vous fixez, avec vos filles, un objectif pondéral et de séances d’abdo, anticipant de la sorte la sortie de crise.
  • Vous pouvez revêtir tous ces vêtements démodés, osés, farfelus, incongrus que vous ne vous êtes pas résolu(e) à donner : il est de très bonnes associations (le vintage vous sied, on ne  vous l’a dit assez)
  • Votre concept  » Parfum de lettres »  (et de lectures) ravit un public accro ; il l’était déjà mais il est plus nombreux
  • Votre site connaît des pics de fréquentation inédits: c’est dit,  vous devenez célèbre-  cela ne se sait pas assez  –  et indispensable au bien-être de vos visiteurs ( avec joie,  très chers, c’est dans ma nature)
  • Un éditeur vous contacte. Et vous supplie d’être choisi pour publier votre manuscrit ( j’ai juste  oublié qui)

La liste n’est exhaustive – je vous l’ai dit, j’ai le vertige – mais promis,  je vous reviens sous peu avec de nouveaux bons plans

Tant de pistes se dégagent que j’en deviens littéralement  overbookée 

Et  vais m’offrir, sitôt passé la crise,  une période de retraite …spirituelle.

Vore Apolline 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *