Un si beau diplôme !

Un si beau récit, aussi.

L’agenda plus que serré de la rentrée ne doit pas faire passer à la trappe une lecture dont le seul tort est d’avoir échappé à notre vigilance, lors de sa parution, en mars 2018

La lauréate du prix Renaudot 2012 ( Notre-Dame du Nil, Ed Gallimard) nous revient avec ce récit de vie, cette luminosité d’âme, de trame, de sens et de plume qui sont sa signature.

« j’ai passé la moitié de ma vie à courir après un diplôme. Ce n’était pourtant pas une thèse de doctorat, de celles qui restent en chantier toute une vie et couronnent enfin une brillante carrière universitaire: non, ce n’était qu’un modeste diplôme d’assistante sociale. »

Poussée, dès la prime enfance, vers la scolarité, Scholastique Mukasonga rend hommage à son  père à qui elle « doit deux fois la vie »  .  Celui-ci avait en effet saisi  que pour une Rwandaise tutsi, il n’y avait d’autre voie de survie que celle de l’obtention d’un diplôme.  La jeune fille gagne le Burundi et décroche un diplôme d’assistante sociale.  Le récit de ces années où elle connaît la lancinante désespérance de l’exil  est paradoxalement solaire, empreint d’une candeur amusée, d’observations sociologiques utiles, subtilement percutantes.

Quand elle gagne la France, en 1992, aux côtés de son mari, la jeune femme  réalise que ce n’est plus la terre de vacances qu’elle a connue jusqu’alors. Commence le parcours de combattant(e)  – et la reprise d’études corollaire –  pour que soit reconnue l’équivalence de son diplôme.

« Aujourd’hui encore, je déplie le carton jauni de mes diplômes d’assistante sociale, le burundais, le français, qui n’en font plus qu’un dans ma mémoire, ce diplôme que j’ai tant désiré et tant haï, ce diplôme que je croyais enfin posséder et qui m’échappait toujours, qui disparaissait pour réapparaître telle une grossesse nerveuse.

Et je n’ose pas me poser la question: n’y avait-il pas mieux à faire que de m’entêter à courir après un bout de papier? »

D’une langue claire, sensorielle, fluide, belle,  l’écrivain nous offre un récit de vie, d’une courtoisie exquise,  qui est somme toute, un cadeau de bienveillance.

Une lecture bienfaisante.

Apolline Elter

Un si beau diplôme!, Scholastique Mukasonga, récit, Ed. Gallimard, mars 2018, 186 pp

Un commentaire sur “Un si beau diplôme !

  • Reply Adrienne 3 octobre 2018 at 8 h 15 min

    merci pour le conseil! je note, pour la liste-à-lire 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *