Nous étions nés pour être heureux

 » Jusqu’au dernier jour de sa vie, il se rappellerait cette image: ses quatre frères et ce neveu inconnu marchant vers lui entre les oliviers »

Paul n’a plus vu sa famille, sa nombreuse fratrie, depuis trois décennies..

Il en a été mis au ban après avoir publié le récit de leur enfance, exposé   la déchéance financière  de leurs parents, aristocrates,  et les humilations corollaires, les frasques de « Toto », le patriarche… toutes choses qui doivent  être tues.

Et voici que les liens de sang se rappellemt aux protagonistes.

Il est temps de fumer le calumet de la paix

Des mains se tendent  que Paul veut à son tour serrer. Il convie sa famille –  ses  neufs frères et soeurs  neveux  – en cette fin d’été, autour d’une grande tablée, dans sa propriété du Sud

Il s’agit de se réapprivoiser, de réapprendre à se parler, d’expliquer le passé :

 Pourquoi je publie mes manuscrits … Tu te souviens ?  Au lieu de les conserver dans un tiroir ….Eh bien parce qu’écrire est ma façon d’exister, la seule qui me satisfasse, je n’en ai pas trouvé d’ autre. Si bien que si je ne publiais pas ce que j’écris, , ce serait comme me refuser à moi- même le  droit d’exister. Me suicider, en quelque sorte. » 

Les conversations s’amorcent timides, convoquent les souvenirs heureux,  atteignent peu  à peu les moments douloureux, aidés par une bienveillance, une tolérance que l’âge a inoculées parmi les convives.

Puissant obsevateur de la dynamique des grandes fratries – c’est sa propre famille qu’il décrit – Lionel Duroy livre un nouvel opus,  sorte de bilan de vie subtilement percutant,  particulièrement engageant pour le lecteur sitôt intégré à cette grande tablée

Une lecture hautement recommandée

Apolline Elter

Nous étions nés pour être heureux , Lionel Duroy, roman, Ed. Julliard, août 2019, 222 pp

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *