La télégraphiste de Chopin

Veuve, retraitée, banale…, Vēra  Foltývona e semble être spirite de Frédéric Chopin .

Est-ce crédible?

Sorte de Rosemary Brown (1916-2001) , la cantinière pragoise  se voit dicter par l’illustre compositeur  franco- polonais de nouvelles partitions, mazurlas et compagnie..  qui intéressent  une maison d’édition musicale, alors  qu’elle n’a elle-même qu’une pratique limitée du clavier..

Dépêché par un producteur, le journaliste Ludvík Slaný rencontre et traque la « télégraphiste » afin de  réaliser un documentaire télévisuel et  démasquer l’éventuelle imposture.

L’action se passe dans la  ville tchèque  de Prague en une année 1995 encore bien impregnée du spectre du communisme et des méthodes d’investigation qui lui sont chères.

La modestie de Vēra, sa gestion mature de l’exposition médiatique rendent ses propos crédibles.

Ces derniers sont soutenus pas la facture sobre du récit, l’écriture précise, factuelle et élégante qui nourrit la plume d’Eric Faye.

Le mystère n’en n’est que plus épais, si subtilement  distillé…

Une lecture envoûtante

Apolline Elter

La télégraphiste de Chopin,  Eric Faye, roman, Ed. Seuil, août 2019, 272 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *