Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part

Il vous souvient certainement du recueil de nouvelles éponyme, publié par Anna Gavalda en 1999 ( Ed Le Diletttante)

Ce fut perso ma première rencontre – et coup de coeur – avec la merveilleuse  auteure de 35 kg d’espoir ( Ed Bayard jeunesse, 2002) Je l’aimais ( Ed.  Le Dilettante, 2002) , Ensemble c’est tout ( Ed.  Le Dilettante, 2004)  ...

Coup de coeur  que partage Arnaud Viard  le réalisateur du film qui illumine actuellement les salles obscures

Librement adapté du recueil de douze nouvelles  et de l’avènement à l’écriture d’Anna Gavalda,  le scénario déroule la vie d’une fratrie attachante+ deux garçons et deux filles-  orpheline de père et resserée autour de la mère ( Aurore Clément)

Substitut paternel ,  Jean-Pierre (meveilleusement incarné par Jean-Paul Rouve) veille au bien-être moral et financier de la famille, oubliant au passage son propre épanouissement. Il revoit Héléna, ( Elsa Zylberstein) l’amour de sa vie, atteinte de leucémie  et son équilibre bascule

Superbe introspection de la force des liens de famille , le film saisist d’empathie (et de larmes)  les âmes sensibles – j’en suis –   Il  bénéficie d’un casting judicieusement choisi

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part ,un film d’Arnaud Viard, avec  Jean-Paul Rouve, Alice Taglioni, Benjamin Lavernhe (de la Comédie française), Camille Rowe, Elsa Zylberstein et Aurore Clément, … En salle depuis le 22 janver

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *