Etre fériée

«  C’était inhabituel. Louise infestée par ses trolls était en mutation, lutter contre un état de siège devait lui demander une énergie folle, il ne pouvait pas tout le temps espérer le partage, être malade
était une confrontation avec soi-même. Dans la vulnérabilité, il se pouvait que Louise ait choisi un camp plus solitaire.

Elle ouvrit les yeux. Ils étaient verts, toujours, comme aux temps joyeux de l’indolence.
– Tu te lèves?

-Non.

– Pourquoi?

– Je suis fermée.

– Quoi?

– Je suis fériée.

– Fériée … ?!

Les Déraisons,  Odile d’Oultremont, roman,  Les éditions de l’Observatoire, janvier 2018, 220 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *