Le 17h des Dix-sept valises

« En décidant d’écrire ce roman, j’avais accepté un privilège colossal, celui d’influencer à ma guise le cours des choses. C’est ce que j’avais toujours défendu, c’était la loi du roman, sa force. Pourtant, en approchant doucement
du but, je l’avais oubliée. La fin m’appartenait. Le lecteur passerait avec moi le contrat tacite d’y croire. Je n’avais qu’à imaginer.

   Alicia n’avait-elle pas joué à ce jeu-là presque jusqu’au bout?

Les dix-sept valises, Isabelle Bary, roman, Editions Luce Wilquin, septembre 2018, 190 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *