Soirée-événement – épistolaire – à la librairie Tropismes à Bruxelles

Le Festival de la Correspondance d Grignan  vous aura offert un avant-goût d’une correspondance amoureuse incandescente,  entre Domiique Rolin et Philippe Solers, éditée par Jean-Luc Outers.

Je me fais une joie de relayer l’invitation à la soirée d’exception qui se déroulera à Bruxelles, le lundi 26 novembre à 19h et de vous rappeler  la fidélité de  Marianne Basler au Festival Paris des femmes, cher à votre site préféré.

Tropismes vous invite à une soirée événement à l’occasion de la parution aux Editions Gallimard des « Lettres à Philippe Sollers (1958-1980) » de Dominique Rolin. Pour découvrir cette magnifique correspondance, nous recevrons l’écrivain Jean-Luc Outers, qui a bien connu l’auteure et a établi, présenté et annoté cette édition faisant suite à la parution en octobre 2017 aux mêmes éditions, de « Lettres à Dominique Rolin » de Philippe Sollers réunies alors par Frans De Haes, poète, traducteur et essayiste qui sera présent également pour revenir avec Jean-Luc Outers sur cette aventure amoureuse et éditoriale.

La comédienne Marianne Basler, nous fera l’honneur, grâce à l’Association « Textes et Voix » de prêter sa voix à cette grande histoire d’amour épistolaire pour nous en lire quelques fragments.

Quand ils se rencontrent, le 28 octobre 1958, elle a quarante-cinq ans, lui vingt-deux. Il est l’auteur d’un récit et d’un roman célébrés par Mauriac et Aragon, elle a publié en 1942 son premier roman salué par Cocteau et Max Jacob. L’attirance est immédiate et réciproque. Tout va très vite. Cette différence d’âge, impensable à l’époque, scelle entre les amants un pacte de clandestinité. Ils ne se montrent jamais ensemble ; personne ne se doutera de la nature et de la force de leur relation.

« Je pense à toi avec un émerveillement qui fait comme un point brillant à chaque minute. Nous avons réussi un coup double étonnant : amour-écriture. En réalité, nous nous aimécrivons, ou bien nous nous écrivaimons. Le renversement peut se faire en toute occasion. Ta main-moi, ma main-toi, ton stylo sur mon feuillet-corps, mon stylo sur ton cahier-corps. Interchangeabilité prodigieuse, rieuse, fantastique de tous nos envers et nos endroits mélangés. Chance unique. Aucun exemple comparable au nôtre. »

Dominique Rolin, lettre du 13 juillet 1976

Cette soirée événement sera présentée par David Courier, journaliste.

Dominique Rolin, Lettres à Philippe Sollers, 1958-1980, Edition établie,  présentée et annotée par Jean-Luc Outers, Ed. Gallimard, septembre 2018,  472 p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *