Une bouteille à la mer (suite)

Nous l’avons vu, hier,  en cette « drôle de guerre »,, Jean Cocteau est désespéré de ne plus avoiir de nouvelles de « Jeannot »,  son ange, son cher Jean Marais

Il ignore où le soldat se trouve  et lui   lui envoie c des « bouteilles à la mer »

Extrait d’une lettre datée du 14 juin 1940:

Ce 14 juin 1940

            Mon fils bien-aimé,

            Chaque jour je t’enverrai une « bouteille à la mer » . Il faudra bien que l’une d’elles t’arrive – car tu m’as promis que rien ne pouvait t’atteindre et je te crois comme le bon Dieu (…)

Lettres  à Jean Marais, Jean Cocteau, recueil, Ed. Albin Michel, 1987, 506 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *