Mé-dites-moi Dominique Rolin

L’écrivain dont nous lisons la correspondance amoureuse adressée à Philippe Sollers, n’était pas toujours tendre envers ses semblables

Voici la critique peu amène qu’elle émet à l’égard de l’ouvrage de Françoise Sagan, Aimez-vous Brahms (Ed. Julliard, 1959)

La lettre date du 7 septembre 1959

: »  (…)  Je t’envoie aujourd’hui le livre de Sagan[1]. Vraiment très minable ; je ne t’en parle pas car je désire consacrer mes réflexions à l’article pour LaNef. Rassure-toi : je ne serai ni méchante ni impitoyable, il n’y a pas de raison, et la petite figue sèche qu’elle donne aujourd’hui au public assoiffé (rencontré Julliard qui m’a dit qu’il en avait vendu 200 000 exemplaires en quatre  jours ) ne vaut pas la peine qu’on s’indigne.

Dominique Rolin  Lettres à Philippe Sollers, 1958-1980,  Edition établie, présentée et annotée par Jean-Luc Outers,  Ed. Gallimard,  septembre 2018, 450 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *