Vies conjugales

L’imagination de Bernard Quiriny est sans limites

Nous avons déjà eu maints aperçus de sa créativité à tout crin

Son modus scribendi ?  L’écrivain profile une situation loufoque, incongrue, surréaliste et en pousse la logique à son comble, cartésienne et crédible.

Ce recueil de vingt nouvelles en donne ..vingt nouvelles illustrations.

Vous découvrez ainsi les exploits d’un club de sédentaires mis en compétitions de déplacements,  d’un écrivain qui a prévu l’édition séquentielle et posthume de son oeuvre,  d’un éditeur qui impose aux auteurs les thèmes de ses collecion,  de  quintuplés qui déstabilisent une école primaire – ils sont issus de familles différentes –  d’un « Malone » qui répond en parfait décalage aux questions lui posées, d’un fraudeur qui peut vous faire gober tout ce qu’il veut, …..

Le « vivre-ensemble ‘ n’est guère plus aisé quand il s’agit de se partager la capitalte d’un pays – à horaires décalés – la jouissance d’une superbe villa des « Tihamotu, charmant archipel au milieu du Pacifique. » …:

 » La propriété, aux Tihamotu, n’a pas la même signification qu’en Europe. Etre propriétaire n’a pas les mêmes conséquences. C’est un héritage des coutumes indigènes. »

On ne peut s’empêcher de se rappeler que Bernard Quiriny est juriste…

De déguster  son « roman des préfaces » ainsi que les pistes savoureuses et cruelles de dédicaces proposées en fin de recueil..

Apollline Elter

Vies conjugales, Bernard  Quiriny, recueil de nouvelles, Ed. Rivages, avril 2019, 224 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *