Alexandra -la- Fronde

Alexandra David-Néel avait un sacré tempérament,.

Féministe – en ceci qu’elle vise surtout l’indépendance économique de la femme – Alexandra signe de son pseudonyme de Myrial, une douzaine d’articles pour le périodique La Fronde.

Créé par Marguerite Durand, une journaliste du Figaro et lancé le 9 décembre 1897, le quotidien ne compte que des femmes, de la fabrication à sa publication.

Il devient mensuel en 1903 et s’éteint, faute de rentabilité, en 1905 (malgré quelques tentatives de résurgences vite avortées)

Amusant de noter que parmi ses collaboratrices, sévit une certaine Maria POGNON, défenderesse de l’égalité des salaires hommes.femmes….

Relevons un extrait -tonique- d’article, jailli de la plume de la future exploratrice, le 19 mai 1902. L’article s’intitule « Vieilles rengaines » et fustige le poids des traditions féminines:

Quelles aïeules veut-on donc nous faire copier? [ … ] Devons-nous renouveler les poupées étalant leur rouge, leurs mouches et l’échafaudage de leurs coiffures hautes de cinquante centimètres, telles que nous les retrouvons dans les collections de nos musées? Celles-là étaient presque toutes des libertines ou des dévotes : souvent les deux à la fois; allant de leurs amants à leurs confesseurs, en l’incapacité absolue où elles étaient de rester avec elles-mêmes’. A. Myrial 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *