Un automne de Flaubert

Lorsque Gustave Flaubert débarque à Concarneau, mi-septembre 1875 – il a 53  ans –   il est un proie à un profond  désarroi.

Le célèbre écrivain traverse, en effet, une crise financière, d’inspiration, de solitude …. risque de s’y engourdir.

Il se regarde comme un homme fini

Même la  tendre amitié que lui témoigne George Sand ne parvient  à l’en extraire.

Celle des deux Georges,- Pouchet et Pelletier – lui sera salutaire car les compères ont décidé de prendre soin de leur ami: promenades, bains de mer,  dîners joyeux et arrosés auront bientôt raison  de cette mauvaise passe. Gustave se remet à écrire. Il planche sur la « Légende de Saint Julien l’hospitalier » , dont la rédaction a déjà été entamée quelques décennies auparavant.  La nouvelle paraîtra en 1877,  dans le recueil Les  Trois contes.

Prenant prétexte de faits avérés – une pancarte posée sur la façade de l’anicienne auberge Sergent atteste du séjour de Flaubert en ses murs – Alexandre Postel nous offre une plongée introspective  dans le mal-être de l’auteur et l’exigence de son travail d’écriture.

Une lecture recommandée

Apolline Eter

Un automne de Flaubert, Alexandre Postel, roman, Ed. Gallimard, janvier 2020, 144 pp

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *