Marquise et météo

Un temps que nous n’avions entendu notre chère Marquise, Épistolière de génie

Ecoutons, en ce jour qui sait tout,  les considérations météorologiques, adressées; depuis Paris,  à sa fille, comtesse de Grignan.

Nous sommes le 12 octobre 1677, la marquise s’apprête à investir l’Hôtel Carnavalet:

Il n’y a point de mémoire  d’homme d’un si beau et persévérant temps. On a oublié la  pluie; quelques vieillards disent qu’ils en ont vu  autrefois, mais on ne les croit pas.

Pas de doute , la météo est éternel recommencement

Bien chaleureusement,

Votre Apolline

Madame de Sévigné, Correspondance, II. Texte établi, présenté et annoté par Roger (et Jacqueline) Duchëne,  Ed. Gallimard Bibliothèque de la Pléiade, 1974 (nouvelle édition 2005) 1610 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *