(In)humanité de souffrance

« À Compiègne-Royallieu, un camp extrêmement dur, se sont donc retrouvés deux types de prisonniers dont la vie avait été, jusque-là, tout à fait dissemblable : des Français juifs très assimilés, et des Juifs étrangers, soumis depuis longtemps à la vexation, à la haine ou aux pogroms. Avec une approche divergente de leur judaïsme et une compréhension différente des raisons de leur arrestation, même si les bourreaux ont transformé enquelques semaines les uns et les autres en une même humanité souffrante. »

La rafle des notables, Anne Sinclair, récit, Ed. Grasset, mars 202, 128 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *