Soeur

 »  Etre en vie, ce dix-sept décembre, lui paraît un privilège assez discutable »

Tout est dit

Magistrale économie verbale de ce primoromancier – retenez son nom  » Abel Quentin – qui d’une fiction aussi réaliste qu’addictive nous plonge dans le mal-être de Jenny,  une adolescente de quinze ans, et son inéluctable « radicalisation »

Fille unique, issue d’une classe moyenne  aussi banale,  que la bourgade de Sucy-en-Loire où elle a grandi, Jenny Marchand promène sa jeunesse étriquée dans les allées de l’hypermarché local.

Son physique, en pleine et ingrate tranisition vers l’âge adulte,  ne lui est d’aucun réconfort

Il est source d’humiliaitions. La dernière en date, cuisante, lui a démontré qu’elle ne possédait pas les codes d’accès au milieu bourgeois qui sévit au collège Henr-Matisse.

L’enfer.

En rupture de dialogue avec ses parents, Marion et Patrick Marchand – de braves gens, pétris d’un certain pouvoir de réflexion  – Jenny est la proie idéale pour les recruteurs du djihad;

Son sentiment de solitude va trouver en la personne de Doumia Bousaïd  as « petitegadji58 » un palliatif bienfaisant. Elle est appelée à  fuguer  et intégrer la grande fraternité de l’Etat islamique.

Exit Jenny, Harry  Potter et compagnie,  Chafia a enfin un sens à sa viie: celui de mourir martyre pour une grande cause.

L’état déprimé de la France, celui d’un président vieux et en fin de parcours, vont lui offrir planche de choix pour ses sombres desseins.

 » Soudain Jenny se sent cruellement impuissante à vivre. Elle essaie de se concentrer sur des choses neutres, la boucle d’un sac à main, le roulis de la marche, l’angle d’une nuque, le frottement d’un tissu. Elle voudrait affamer son âme envieuse et insatisfaite, qui se jette voracement sur chaque image de bonheur pour y prélever de quoi nourrir sa fielleuse carburation..  » 

Soutenue d’un rythme vivant, tonique, d’une plume et de métaphores efficaces,  la narration est proprement captivante.

Le romancier brosse au scalpel des portraits corrosifs  dont l’ironie se  tempère d’une certaine tendresse

Le ridicule côtoie ainsi la cruauté de l’exsitence;. Il l’ exacerbe et induit des initiatives pendables.

Une révélation de la rentrée littéraire

Apolline Elter

Soeur, Abel Quentin,  roman, Les Editions de l’Observatoire, août 2019, 252 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *