S’adapter

Les parents jetèrent un dernier regard à ce qu’était leur existence. Désormais tout ce qu’ils s’apprêtaient à vivre les ferait souffrir, et tout ce qu’ils avaient vécu avant aussi, tant la nostalgie de l’insouciance peut rendre fou »

Quand l’enfant paraît … et qu’il se révèle lentement,  insidieusement,  « inadapté » – entendez profondément handicapé  –  songez à une erreur de chromosome  – c’est l’équilibre de toute une famille qui est mis en péril

Portée par « les pierres rousses de la cour » ,  témoins privilégiés des événements qui frappent cette famille des montagnes cévenoles,  la narration observe avec acuité l’impact de l’épreuve auprès de chaque membre de la fratrie: l’Aîné, qui se coule en « L’Enfant », le protège, veut faire entrer en lui la vie par le toucher et l’ouïe,  la Cadette, qui se révolte, se réveille, se révèle.., le Dernier,  qui sent peser en lui le poids de l’enfant-fantôme..

Les parents gravitent autour du récit sans y être formellement conviés.

Dira-t-on un jour l’agilité que développent ceux que la vie malmène, leur talent à trouver chaque fois un nouvel équilibre, dira-t-on les funambules que sont les éprouvés ?

Portée par un souffle chaleureux, bienveillant, bouleversant, la narration est prodige d’introspection, l’écriture, merveille d’intensité.

« Nous aurions voulu lui apporter un peu de réconfort, mais qui nous écoute ? Personne ne sait ce paradoxe, que les pierres rendent les hommes moins durs. »

Les jurées du Prix Femina, les lecteurs du Prix Landerneau ne se sont pas trompés qui ont primé ce chef d’oeuvre d’humanité

Apolline Elter

S’adapter, Clara Dupont-Monod, roman, Ed. Stock, août 2021, 200 pp

Un commentaire sur “S’adapter

  • Reply TT 15 novembre 2021 at 21 h 52 min

    Magnifique !
    Lecture hautement recommandée
    Merci Apolline pour le conseil de lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *