Mar-dites-moi, Eric-Emmanuel Schmitt

Marcdi prochain, nous aurons l’honneur et la joie d’interviewer Eric-Emmanuel Schmitt et de parcourir de concert son magnifique Journal d’un amour perdu

Infusons, d’apéritif, ce court extrait, qui situe avec précision la vocation du futur dramaturge . C’était en 1970, au théâtre des Célestins, à Lyon, lors d’une représentation de Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand:

 »  Ce Cyrano fournit la pierre sur laquelle toute ma vie dramatique s’édifia : non seulement j’y connus ma première expérience scénique, mais j’y vécus ma première expérience humaniste en vibrant à l’unisson de personnages opposés à moi. De la représentation, j’émergeai spirituellement enrichi. L’humanisme, cette fraternité de destin avec l’autre, le spectateur la perçoit par le plaisir et l’émotion, sans qu’on lui administre une leçon »

« Journal d’un amour perdu, Eric-Emmanuel  Schmitt, récit, Ed. Albin Michel,  septembre 2019,  256  pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *