Félicien Rops dans tous ses états

Notre rubrique « Cor-ROPS-pondance  » se dote, ce mardi, du compte rendu d’une très belle lecture  » Grain de voix »

Elle avait lieu, mercredi 4 juillet, à midi,  dans le cadre béni du Festival de la Correspondance de Grignan et du Jardin…Sévigné.

Soutenu en son choix par le dynamique musée Félicien Rops, à Namur (Belgique) et par la mise en voix de Philippe MULLER,   Vincent VERMILLAT (photo) incarnait un Félicien Rops vivant, vibrant et facétieux.

Ah mon ami ! Si mes parents m’avaient consulté avant de me mettre au monde, j’aurais posé mes conditions !  s’exclame le célèbre aquafortiste, dans une lettre-fleuve adressée à Emile Hermant (www.ropslettres.be N° 1586 – 1863) 

Et le comédien de tracer, à travers une sélection de lettres bien inspirée, le portrait d’un être tout en contrastes,  tour à tour, vantard, péremptoire, ennemi des  inepties, et des faux artistes  mais aussi pétri de doutes, blessé en son amour-propre et son besoin de liberté :

 » J’ai l’âme enfermée dans mon corps comme un tigre famélique »

Un artiste qui craint la vieillesse, réfute l’idée de joyeux luron irrémédiablement rivée à sa personne.

Un artiste qui cultive l’amitié, l’amour pluriel, la créativité à tout crin,  les bons mots et l’art épistolaire dans toute sa sa splendeur.

Le spectacle ne pouvait rester lettre morte.

Il sera reconduit, en février, à la Maison de la poésie, à Namur, voisine du Musée Rops

Nous vous en donnerons les détails d’agenda sitôt qu’ils nous parviendront

A suivre assurément

Votre dépêchée spéciale au Festival de la correspondance,

Apolline Elter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *