Mar-dites-moi, cher Honoré

Dans une lettre alambiquée le jeune Honoré de Balzac (1799-1850) déclare une flamme qu’il veut candide et attendrissante à Madame de Berny, de 22 ans son aînée…

La lettre daterait  de mars 1822

 » (…) Mais tel je suis et tel je serai toujours, timide à l’excès, amoureux jusqu’au délire, et chaste au point de  n’oser  dire: j’aime  (….) »

Partant, il lui offre un long, bavard  et « silencieux hommage » 

Il s’interroge aussi sur la fonction de la correspondance.:

Et n’est-ce pas une chose hardie que de chercher à ne se faire connaître que par les espèces de portraits de l’âme qu’offrent les lettres?

Sacré Honoré …

 Les plus belles lettres  qui ont fait la France,  Stéphanie Le Bail et Jean-Pierre  Castarède , anthologie, Ed. France-Empire,  mai 2012, 332 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *