Le festin de Louis

Lettre d’Anne à Louis Le Floch

«  (…)Pour ce plat, je trouverai sept ou huit poissons différents, il faut faire large. Ensuite, je le ferai presque les yeux fermés. C’est tout un monde bouillant, parfumé, qui va mijoter là. Il reste à écumer, à assaisonner, à surveiller. C’est un moment où je me sens un peu sorcière, penchée sur mon chaudron, mais j’aime ça, j’ai l’impression de régner dans ma cuisine, de commander au feu, à l’eau,  de tout faire à ma seule idée. C’est si rare, vois-tu.

Et à table, je serai là, au milieu de vous tous, car ce jour-là, la maison sera ouverte à tous ceux qui voudront se joindre à nous et se réjouir, ce sera table ouverte, je le veux ainsi, ce sera un temps pour oublier les mauvais regards, les paroles amères, les curiosités déplaisantes, les jalousies. Je veux croire que ceux qui nous rejoindront ne seront là que pour partager notre joie (…). » 

Une longue impatience, Gaëlle Josse, roman, Ed. Notabilia, janvier 2018, 192 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *