Mar-dites-moi, Philippe Sollers

En cette semaine qui voit l’actualité littéraire fortement ravivée par l’attrbution des grands prix de l’automne – nous y reviendrons, of course –  nous allons nous pencher sur un événement d’ordre épistolaire, la publcation attendue du second tome des lettres de Philippe Sollers à notre compatriote et  Dominique Rolin (1913-2012)

Nous avons déjà évoqué la relation d’amour et d’écriture qui unit les deux… écrivains , les deux  tomes de leur correspondance  de 1958 à 1980 ayant été éditée par Jean-Luc Outers  ( Ed. Gallimard, 2018) pour les lettres de Dominique Rolin,   et par Franz De  Haes ( Ed Gallimard 2017) pour les lettres de Philippe Sollers.

Le second tome des lettres de ce dernier, édité et annoté par le même Franz De Haes,  vise la période de 1981 à 2008 et rassemble 248 lettres écrites et envoyées depuis le Martray,  propriété familale  de l’ïle de Ré, où Philippe Sollers se retire deux fois, l’an, au printemps et en été.

Nourriesde considérations météorologiques,  éditoriales,  culturelles,  d’actualité politique  ( France, Bosnie, Rwanda…) .. les lettres visent avant tout à conforter leur relation d’amour  et son rôle fécondant dans leurs écrits respectifs. Il s’agit de s’encourager mutuellement.

Phillpe Sollers  nomme Dominique Rolin  » Mon amour »,  titre assort! dès 2006 du mot-valise « Matrésor », il la surnomme  » Shamout » et précède souvent sa signature de l’esquisse d’une fleur

Nous reviendrons en notre rubrique épistolaire hebdomadaires sur quelques passages de cette correspondance

Philippe Sollers , Lettres à Dominique Rolin  , 1981-2008,  Edition établie, présentée et annotée par Frans De Haes ,  Ed. Gallimard,  octobre 2019, 336 pp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *