Mar-DITES- moi, ( Coquille) Duff

 Chers visiteurs de nos mardis épistolaires

Comme vous le savez, nous nous penchons- planchons sur la correspondance de Louise de Vilmorin (1902-1969) préparant de la sorte notre programme de rentrée

Pour l’heure nous lisons cette correspondance à trois, assez particulière, entre Louise de Vilmorin, son amant Duff Cooper et Diana, l’épouse de son amant et néanmoins amie….

Nous reviendrons maintes fois sur le sujet , les déclarations fracassantes d’une séductrice à tout crin et ses lettres admirablement éditées par Olivier Muth.

Fleurant ce que l’expression de ses sentiments peut avoir d’oppressant dans le chef de Duff ( tendrement surnommé « Coquille » ),  « Loulou » tente – vainement – de mettre un bémol  à sa manie de l’hyperbole

Héroïque, elle tente de moins l’aimer

Et voici ce qu’elle lui écrit, voici précisément 74 ans:

Dimanche 19 mai 1946

 Mon chéri bien-aimé, 

Tu sais que je cherche toujours à t’aimer moins, par sagesse; mais je n’y parviens pas car tu me donnes souvent de nouvelles raisons de t’aimer davantage. »

Louise de Vilmorin – Duff et Diana Cooper – Correspondance à trois (1944-1953), édition établie, annotée et commentée par Olivier Muth,  Ed. Gallimard – Le Promeneur , février 2008, 686 pp  [C3]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *