Le Grand Art- Journal d’une actrice

Ce jeudi 11 octobre revêt une importance particulière, révèle un événement majeur de la célébration du 150e anniversaire de la naissance d’Alexandra David-Néel: la publication d’un roman inédit, écrit au tout début du XXe siècle, aux alentours de 1901-1902.

A l’époque, la future, célèbre exploratrice s’adonne  à l’art lyrique, à sa carrière de cantatrice, pan de sa vie qu’elle occultera par la suite.

Elle écrit le journal de  Cécile Raynaud,   » petite cabotine, jetée sans le sou, sur le pavé, par la banqueroute d’un directeur ».   La jeune femme doit sa survie, économique, à l’asservissement sexuel à ses amants successifs – Zarkis,  Grocher – rustre marchand de bétail  – les barons de Ribart, père et fils, … – jusqu’au jour où elle parvient à gruger un riche banquier, nommé Bernheim, en se faisant passer pour une cantatrice américaine, de passage à Paris…

Rescapé des archives de Digne-les-Bains, le roman a bénéficié de l’édition critique de Samuel Thévoz – dont nous saluons le travail d’ampleur-  et de l’ardeur audacieuse d’une maison d’édition.

On y retrouve la quête d’émancipation économique, si chère au féminisme proféré par l’auteur.

Un roman d’apprentissage, d’aspiration à la  liberté.

Apolline Elter

Le Grand Art, – Journal d’une actrice, Alexandra David-Néel, roman, Edition  critique de Samuel Thévoz,  Ed. Le Tripode, octobre 2018, 380 pp + carnet d’illustrations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *